Retrait de sa certification LEGO® pour leur avoir appris quelque chose d'utile durant l'atelier

Les dérives des Agile Games enfin reconnues par la justice


Sandrine est facilitatrice de métier, certifié Lego® Serious Play. Elle intervient dans différentes organisations pour animer des ateliers et des “Serious Games”. Mais c’était avant sa condamnation. Revenons sur les faits, survenus il y a quelques semaines.

Venus pour un atelier visant à “renforcer la cohésion au sein de leur équipe”, des développeurs se retrouvent en compagnie de Sandrine, facilitatrice et organisatrice de la session. LEGO® sur la table, elle explique les règles.

Je veux que vous me construisiez une superbe ville ! Je veux des maisons, des immeubles, des usines, et une superbe mairie !

L’équipe, surexcitée par ce challenge qu’elle doit relever collectivement, se lance. Sprint après sprint, elle construit sa ville, sous une pression intelligemment distillée par la facilitatrice. Fin de l’atelier, l’équipe se regroupe autour de Sandrine pour le debriefing. C’est à ce moment que les faits se produisent. Un des développeurs raconte :

Nous étions heureux d'avoir construit cette ville ensemble. Nous nous sommes beaucoup amusés. Puis elle a commencé à nous parler de SCRUM et d'Agilité. Et là, je n'ai vraiment pas compris pourquoi, tout à coup, elle s'est mise à évoquer ces sujets. Elle a insisté sur ce qu'on devait en tirer comme enseignement, notamment sur la place du planning, sur les approches itératives... Le soufflé est retombé immédiatement. Nous sommes sortis traumatisés de cette expérience. Je suis venu pour m'amuser, pas pour apprendre des choses !

Un développeur parvient alors à s’extraire et appelle le numéro d’urgence de l’association “SOS Agilité maltraitée” de Nanterre pour raconter ce qu’il s’est passé. Une brigade d’intervention arrive rapidement sur place pour arrêter Sandrine et la place immédiatement en détention provisoire.

Le jugement, en procédure accéléré, prononce une condamnation pour “Abus de confiance dans l’exercice légal d’un Serious Game, avec préméditation” et lui retire sa certification LEGO®.

Contacté par la rédaction, l’organisme LEGO SERIOUS PLAY® explique que la pratique d’un atelier doit avoir un but récréatif, et que “les techniques de debriefing d’atelier visant à créer des enseignements ne correspondent pas aux valeurs de la société.

Par Raphaël Geneteix

tweet   partager-facebook   partager-linkedin