La CGT revendique la prise en otage d'un coach Agile ayant proposé du management visuel

L'escalade de la violence syndicale contre un coach se poursuit


Tout a commencé par un appel anonyme à la police. Séverine, du syndicat Alliance, raconte : "On nous a informé qu'une prise d'otage est en cours à Paris." Peu de temps après l'appel, la CGT a publié un communiqué revendiquant la prise en otage d'un Coach Agile. Voici ce que dit le communiqué :

"Au nom de la lutte, nous refusons de cautionner les actes de cet individu qui joue double-jeu : il se prétend 'COACH' et parle tant avec les camarades ouvriers qu'avec la direction. Pour dire quoi ? Parler sur qui ? Cette malhonnêteté quand il invoque le "secret du coaching" est inadmissible, car elle est un prétexte pour créer toujours plus de troubles psycho-sociaux chez les camarades"

"Nos revendications sont claires : qu'il abandonne son poste et s'en remette au jugement de la rue" (une source de la police nous a informé que Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT l'attend en bas de l'immeuble avec des collègues armés de merguez cuites à coeur, NDLR)

Le négociateur du RAID, mobilisé pour cette affaire exceptionnelle, a pris contact avec les ravisseurs. Il semblerait que le déclencheur de cette prise d'otage provienne d'une suggestion du coach de mettre en place du management visuel dans un open-space afin d'aider une équipe. "Les preneurs d'otage m'ont indiqué que cet acte de transparence est inacceptable car il permettrait à la direction de contrôler davantage les salariés"

Actuellement, le RAID s'inquiète de l'état de santé de l'otage. Il est enfermé dans son bureau dans lequel des kakémonos et des affiches CGT ont été placardées sauvagement. Mais plus grave encore : ses ravisseurs y ont amené un barbecue à charbon de bois pour faire griller des chipolatas bas de gamme dans cet environnement fermé.

Le médecin du RAID explique : "Si nous n'intervenons pas rapidement, tout le monde pourrait périr d'intoxication au monoxyde de carbone. Je crois que même les syndicalistes ne s'en rendent pas compte"

Donald Trump exprime son indignation

Le président Emmanuel Macron et le Premier Ministre Edouard Philippe sont actuellement dans la salle de crise de l’Elysée pour coordonner les opérations, signe que cette affaire est prise très au sérieux. Donald Trump, en déplacement entre deux zones de son golf en Floride, a même interrompu 5 minutes son parcours sur le green pour appeler le président de la république et partager sa “vive indignation face à toute cette imagerie communiste” et a offert d’envoyer deux chasseurs F-22 pour déchaîner le feu et la colère sur la ville où la prise d’otage est en cours afin “d’éliminer le mal à la racine”.

La rédaction vous tiendra informé de la situation dès qu'elle en sait plus.

Par Raphaël Geneteix

tweet   partager-facebook   partager-linkedin