Ils décident d'améliorer leur agilité en tentant de ne plus être agile, et restent bloqués dans cet état

La girouette fait encore parler d'elle


C’est Samedi dernier que Joseph, développeur d’une trentaine d’années, est venu nous voir pour témoigner de la terrible erreur effectuée en connaissance de cause par son département.

En effet, son département fonctionnait grâce à différentes “méthodes agiles” selon les équipes, et l’agilité était tellement poussée à son paroxysme que cela en était devenu infernal.

A chaque sprint, de nouveaux processus à intégrer et tester. L’agilité faisant tant l’unanimité entre les collègues que les itérations étaient bien trop grandes et fréquentes.

Le sprint dernier j'ai appris à utiliser un outil que nous avons jeté à la poubelle au sprint suivant. Il était censé nous aider à sortir plus de fonctionnalités, mais au final il n'y a toujours pas plus de fonctionnalités dans le sprint, uniquement des tickets pour se former à un outil, puis à un autre...

L’outil a été jugé tel que dépassé par le Product Owner qui a amélioré un processus pendant le sprint, intervenant dans l’utilisation de l’outil, qui ne correspondait alors plus aux attentes.

Devant ce spectacle accablant qui se répétait au fil des mois, le département a opté pour une itération agile à plus grande échelle : stopper l’agilité pendant un moment au sein du département pour que les choses se calment et stabilisent.

"On était tous d'accord pour souffler un peu, nous étions trop souples. Tout le monde s'était même inscrit au cours de Yoga de Catherine de l'équipe Produit."

Problème : le département n’étant plus agile, il lui est impossible de retourner dans l’autre direction et de changer ses processus non agiles en agiles. Les voilà maintenant bloqués dans une boucle statique attendant que quelqu’un les en sorte.

La détresse de Joseph quant à la situation de stagnation se fait ressentir jusque dans les moindres détails: “Travaillant à côté des toilettes, je voulais mettre une règle de bienséance pour garder cette porte fermée pour les odeurs, mais nous ne sommes plus agiles.”

Ceci est donc un appel à l’aide, si vous êtes ou connaissez une personne apte à venir en aide à cette société, merci de nous contacter.

Par Nicolas Sadin

tweet   partager-facebook   partager-linkedin